Jeûner pour mieux s’alimenter

Moins, c’est mieux ?

Pratique ancestrale utilisée pour détoxifier le corps et l’âme, le jeûne revient sur le devant de la scène, réunissant de plus en plus d’adeptes séduits par ses vertus thérapeutiques.

« S’intéresser au jeûne fait prendre conscience que l’alimentation joue un rôle essentiel sur notre santé », explique Thierry Vincent de Lestrade. « Arrêter de manger et sentir que l’on va mieux conduit à s’interroger sur la manière dont on se nourrissait et à se dire que l’on peut mieux faire. »

LE JEÛNE ENTRAÎNE UNE MISE EN REPOS DU SYSTÈME DIGESTIF ET UN PHÉNOMÈNE D’AUTOLYSE PAR LEQUEL LE CORPS SE LIBÈRE DE SES TOXINES ET SE NOURRIT SUR LUI-MÊME, EN PUISANT SUR SES RÉSERVES SUPERFLUES, CE QUI A POUR EFFET DE NETTOYER L’ORGANISME.

 

Jeûner nécessite de choisir le mode de jeûne le plus adapté :

« Un jeûne est efficace à partir d’un repas et peut se pratiquer une journée ou quelques jours, voire plusieurs semaines, à condition que la personne ne présente aucune contre-indication, et que ses émonctoires soient en parfait état de fonctionnement pour éliminer les toxines », précise Claudine Richard. « Il doit être précédé et suivi d’un repas léger et peut se conduire en ne buvant que de l’eau ou des jus de légumes frais qui permettent de recharger l’organisme en nutriments salutaires. »

 

Père de trois enfants, Yann, un ingénieur en informatique de 42 ans, pratique le jeûne à l’eau depuis 3 ans en été et en hiver : « J’ai commencé après avoir passé un pacte qui m’engageait à participer normalement à la vie de famille et à faire acte de présence aux repas, ce qui a rendu les deux premiers jours difficiles. Après la deuxième nuit, j’ai senti que j’avais passé un cap. Mon corps commençait à puiser dans ses réserves, et la privation de nourriture devenait moins obsédante. Au terme de ce premier jeûne d’une semaine, j’avais perdu quelques kilos superflus et je me sentais étonnamment bien physiquement et mentalement.

Bien qu’ayant fait une erreur en sous-estimant l’importance de la reprise progressive de l’alimentation, ce bénéfice a duré quelques mois et m’a conduit à approfondir mes recherches pour optimiser la conduite du jeûne. Depuis, j’ai fait six jeûnes. J’ai amorcé la mise au repos de mon organisme par une monodiète banane de neuf jours, et terminé mon jeûne de sept jours à l’eau citronnée par une cure de sept jours aux jus de fruit et de légumes frais bio. Le jeûne m’a permis de comprendre que ce dont on a besoin est issu de la nature. Il m’a conduit à revenir à une alimentation plus simple et m’a fait prendre conscience que les aliments de la terre sont riches de vibrations positives pour le corps et l’esprit. C’est une démarche personnelle qui questionne notre rapport à la nourriture. »